Interdisciplinarité : Histoire des arts, vers les EPI - Hebdo Lettres n°23 (2015-2016)

« Dans un des savoureux textes dont il a le secret, Umberto Eco évoque les mutations profondes intervenues en matière de réception des œuvres d'art, depuis quelques années. Jusqu'au XIX ème siècle, un citoyen français moyen ne voyait guère d’œuvres durant sa vie. L'invention de la photographie a été un premier bouleversement  : les gravures qui présentaient par exemple « les madones de tous les siècles » (qu'elles soient bizantines ou de la Renaissance) [avec] le visage des jeunes filles qui peuplaient les récits historiques de l'époque romantique ! » ont été abandonnées. A l'ère d'Internet, les œuvres voyagent à travers les continents, le musée n'est plus réservé à une élite et la télévision met à portée de tous des spectacles que seuls quelques milliers de personnes voyaient autrefois. […] Une justification de plus [ …] à un enseignement de l'HDA (du collège au lycée) qui ne soit pas un gigantesque quiz mais bien […] une occasion pour les élèves de faire des découvertes, d'établir des liens, d' être « actifs» une condition sine qua non de la réussite de cet enseignement.
« Quelles disciplines ? Quelles ressources ? Quels arts ? Et quels élèves ? La réponse est sans appel : toutes, tous. Rectifions : tout est envisageable, tout n’est pas possible sans doute et les contraintes ne manquent pas. […] Un des axes majeurs est évidemment le travail en interdisciplinarité et un chapitre en particulier explore les liens à tisser, y compris entre des domaines que tout sépare habituellement : on voit plus souvent des projets « lettres-histoire » que sciences physiques et arts plastiques... »


Vous pouvez retrouver l'article du Monde du 28/11/2009 en ligne d'Umberto Eco, ''L'art à l'ère du village mondial''.

Fichier
Publié le 02/01/2019
Modifié le 02/01/2019